Ces derniers jours, des ondées sont tombées  sur la forêt de St-Aubin-du-Cormier…ce matin grand soleil, cependant une petite cueillette !!!  Rien de grave, une belle balade automnale, matinale et apaisante malgré tout…

IMG_20181113_101255

 

Cèpes, girolles, trompettes de la mort, coulemelles : c'est le moment.

 Saviez-vous que 70% des champignons poussent de septembre à novembre, avant les premières gelées? Mais, pour remplir son panier et ne pas rentrer bredouille, encore faut-il que le temps et le terrain (les fameux coins à champignons!) soient propices à la levée...

Côté météo, les champignons ont besoin de subir un choc thermique et hydrique pour initier leur fructification. Certaines espèces mettent une nuit à pousser, d'autres plusieurs jours voire plusieurs semaines. Pour le cèpe de Bordeaux, l'une des espèces les plus connues du grand public, il faut compter une moyenne de 12 jours avec une température du sol comprise entre 15 et 17°C, le tout associé à une hygrométrie suffisamment importante. Généralement, 30 millimètres de pluie suffisent pour hydrater un sol sec et générer une pousse.

De bon augure

Si le sol est trop sec, comme cela a été le cas jusqu'à maintenant dans un grand nombre de régions, alors que septembre et octobre sont des mois généralement très favorables à la cueillette, la pousse n'aura pas lieu ou elle sera décevante. Mais la semaine dernière, le retour des pluies et les périodes ensoleillées et douces qui ont suivi, en particulier dans la moitié du sud du pays, sont de bon augure.

Cependant une bonne météo ne fait pas tout. Encore faut-il connaître les «bons coins» à champignons, ce qui n'est pas une mince affaire. Ces cachottiers passent en effet le plus clair de leur vie dans le sol sous forme de longs filaments appelés mycélium. Leurs fructifications, ou carpospores dans le jargon des scientifiques, ne sont que l'infime et éphémère partie émergée d'un immense «iceberg» souterrain.

Saprophytes

Il y a ceux, comme la coulemelle, le rosé des prés ou le mousseron, qui se nourrissent exclusivement de matières organiques en décomposition. On les appelle les champignons saprophytes. Et puis il y a ceux, tout aussi nombreux, dont le mycellium vit en étroite symbiose avec les racines de certains arbres: le champignon met les éléments minéraux, présents dans la matière organique du sol dont il se nourrit, à la disposition de l'arbre qui lui renvoie l'ascenseur sous forme de sucres et de molécules carbonées issus de la photosynthèse. C'est ainsi que le cèpe de Bordeaux vit en étroite association avec les chênes, les châtaigniers ou les charmes tout comme la girolle. Bien souvent les champignons se ramassent dans les sols pauvres et sableux, légèrement humides, bien exposés au soleil, sur le versant sud d'un fossé... Mais il n'y a pas de règle.

Dernière condition: il faut avoir l'œil. Beaucoup de champignons se confondent en effet avec leur environnement, notamment à cette période de l'année, lorsque les sous-bois sont recouverts d'un épais tapis de de feuilles mortes.

Pour les moins vaillants, les moins chanceux ou encore ceux qui habitent en ville, les champignons viendront tout de même à eux. Soit au marché, soit en se rendant chez son restauranteur préféré. Il en arrive en ce moment par cageots entiers! Ils sont délicieux en fricassées ou en omelette comme au restaurant le J'Go à Paris où Régis, le chef cuisinier, vous les fera déguster à toutes les sauces.

Quelques conseils pratiques:

• S'habiller de façon adéquate avec des chaussures tout terrain et des vêtements qui ne craignent pas les ronces ou les branches.

• Se munir d'une canne ou d'un bâton pour dénicher les champignons cachés sous les feuilles ainsi que d'un bon couteau pour couper le champignon à la base du pied. L'objectif ici n'est pas de les aider à repousser mais d'éviter qu'ils se salissent entre eux une fois dans le panier. Le couteau à champignons Laguiole est spécialement étudié pour ça. En plus, il est doté d'une petite brosse qui permet de nettoyer la cueillette sur place.

• Prendre deux paniers pour la cueillette, l'un sera réservé aux champignons que l'on connaît bien, l'autre aux espèces pour lesquelles on a un doute. On vérifiera leur innocuité en demandant conseil à son pharmacien.

• Ne jamais mettre les champignons cueillis dans un sac en plastique: le confinement peut provoquer a fermentation des champignons et les rendre impropres à la consommation voire toxiques.

• Respecter les lieux pour retrouver des champignons... l'année prochaine.

• Contrairement à une idée reçue, les champignons n'appartiennent pas à tout le monde! Ils appartiennent au propriétaire de la forêt, du bois ou de la garrigue où ils se trouvent qu'il soit privé (3/4 des forêts en France) ou public.

 

Sourece ici